Actualité


 
mercredi 06 septembre 2017

ID MER VEUT SE DÉVELOPPER A LA FORCE DU RÉSEAU

Arrivé à la tête d’ID Mer, centre d’innovation technique de Lorient, en novembre dernier, Alain Jolly a décidé de miser sur le réseau et la communication pour développer l’activité de sa structure. Il annonce également la mise en place d’un tout nouvel outil industriel en 2018.




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

On ne sait pas si Alain Jolly est déjà adepte du Power Ginger, une boisson énergisante que tente de lancer une jeune start up bretonne accompagnée dans son projet par ID Mer. En tout cas, celui qui a été nommé en novembre dernier directeur général du centre d’innovation technique de Lorient ne manque pas de dynamisme et de vitalité. Deux ingrédients sans doute indispensables pour mener à bien la mission qui lui a été confiée : assainir une bonne fois pour toute les comptes de l’association – sauvée d’un redressement judiciaire en 2013 - et lui permettre de développer suffisamment son chiffre d’affaire pour continuer à accompagner des projets innovants. Pour y parvenir, Alain Jolly croit fortement à la mise en réseau. « Il faut s’appuyer sur le microcosme local », explique-t-il. A commencer par celui du port de Lorient-Keroman, avec lequel ID Mer a déjà développé de nombreux projets. Le dernier en date, celui de l’armement APAK, est qualifié par Alain Jolly de « success story ». « C’est une réussite qui met en lumière la bonne intelligence du réseau », commente le directeur général. « Ce sont des pêcheurs qui sont parvenus à valoriser leurs produits, qui offrent une traçabilité complète aux consommateurs et qui ont su se tourner vers les bonnes personnes au bon moment », poursuit-il. Accompagné par ID Mer, l’Apak, qui produit depuis 3 ans ses propres rillettes thon et autres recettes de la mer, devrait construire un atelier de production sur le port de Lorient-Keroman d’ici 2018/2019.

Mieux se faire connaître

Telle est la mission principale des équipes que dirige Alain Jolly. Autrement dit, développer des produits et permettre à de jeunes entreprises d’atteindre un niveau suffisant de chiffre d’affaire pour pouvoir ensuite voler de leurs propres ailes, en leur transférant alors les compétences technologiques nécessaires. « Au départ, on héberge leur production, puis on accompagne leur projet dans le but de valoriser l’innovation », résume-t-il. Membre de Produits en Bretagne depuis le mois de juin, ID Mer entend désormais multiplier ce type de prestations auprès des entreprises bretonnes ou plus lointaines. « Aujourd’hui, nous souffrons d’un véritable déficit de communication, constate Alain Jolly. Nous devons faire davantage connaître aux entreprises nos outils et notre savoir faire ». Partisan du « travailler ensemble », le directeur général ne compte pas uniquement sur le réseautage pour dynamiser l’activité de sa structure. Il vient de trouver le moyen de financer et d’acquérir un tout nouvel outil industriel qui devrait permettre à ID Mer d’offrir une prestation de service supplémentaire dans les deux secteurs qui la concernent : l’agroalimentaire et les compléments alimentaires. « Nous serons les seules à posséder un tel outil sur une bonne moitié de le France », annonce Alain Jolly. D’ici là, l’association devrait terminer l’année sur « un exercice 2017 positif ». Déjà une première victoire pour le nouveau directeur général.