Actualité


 
vendredi 08 février 2019

LE MARIE-LOU NOUVEAU EST ARRIVÉ

L’armement lorientais APAK vient de réceptionner son tout nouveau chalutier senneur baptisé Marie-Lou, du même nom que l’ancien vendu en 2018. Un navire de 22 mètres flambant neuf, destiné à mieux pêcher, en consommant moins.




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

Amarré quasiment seul, ce jour-là,  dans le bassin de Keroman, le Marie-Lou ne passe pas inaperçu. À l’heure de la pause déjeuner, et malgré le crachin persistant, on vient observer depuis le quai la ligne du tout nouveau bateau de l’armement APAK (Armement de la pêche artisanale de Keroman). Construit par le chantier naval néerlandais Padmos, le chalutier-senneur flambant neuf (3,5 millions d’euros) est arrivé la veille. Et son étrave inversée ne laisse pas indifférent les connaisseurs. « Ca fait deux ans qu’on travaille dessus, commente Eric Guygniec, le directeur de l’armement. On a voulu se concentrer sur trois choses : Améliorer le confort et la sécurité à bord. Diminuer au maximum la consommation de gazole. Et travailler du joli poisson tout en améliorant la sélectivité ». Pour cela, le tri se fera à bord sur un tapis roulant qui permettra de relâcher en mer les prises accessoires encore vivantes. Après trois semaines de tests réalisés à la sortie du chantier, Eric Guygniec se dit « très satisfait ». Équipé de la climatisation et du wifi, l’espace de vie de l’équipage a été totalement séparé de l’espace de travail par un sas. Un gros travail a été également réalisé sur l’isolation phonique. « C’est étonnant, on entend à peine le moteur », commente l’armateur.

Pélagique, chalut de fond et senne danoise

Côté consommation, le Marie-Lou devrait faire économiser à ses propriétaires 20 à 25% de gazole grâce à la forme révolutionnaire de sa carène et à un mode de propulsion très économe. Au final, le chalutier de 22 mètres, commandé par Christophe Guillevin et cinq hommes d’équipage, n’a plus grand chose à voir avec le précédent Marie-Lou cédé en 2018 à un armement d’Oléron. Mais c’est sans doute par sa grande polyvalence que le nouveau navire se distingue le plus des anciennes générations. Trois types de pêche pourront être pratiqués à bord du Marie-Lou : le pélagique, le chalut de fond et la senne danoise. « On a rien inventé. On est simplement allés regarder ce qui se fait du côté des pays nordiques », confie Eric Guygniec. Reste à voir maintenant comment ça fonctionne sur le terrain. L’objectif pour nous n’est pas de pêcher plus mais de pêcher mieux, avec un bateau innovant, confortable, qui consomme moins, et qui nous permet de capturer du beau poisson ». L’APAK devrait réceptionner d’ici fin avril un autre bateau neuf, le Dolmen, réplique identique du Marie-Lou, qui viendra lui aussi remplacer l’ancien chalutier du même nom. La flottille de l’armement lorientais se retrouvera alors de nouveau au grand complet avec 7 navires : Le Marie-Lou, le Dolmen, le Naoned, l’Annytia, Le Carmalia, les Menhirs et le Menawen.